And it was all yellow


Pensées / mercredi, janvier 4th, 2017

Chère 2016, 

Image de new year, chance, and 365

Après des moments difficiles, durs et déchirants, tu laisses place à 2017. Mais merci. Merci de m’avoir appris à vivre, de m’avoir remis sur le droit chemin. De m’avoir fait rencontrer les bonnes personnes. De m’avoir fait grandir, d’avoir commencé à soigner mes blessures, celles qui ne se fermeront que très lentement. Celles qui cicatrisent mal et qui, parfois, se rouvrent dans un torrent d’angoisse. Mais ce n’est pas ta faute, il faudra de nombreuses années pour réussir à soigner ça.

Tu m’as fait découvrir des terrains inconnus, des endroits magiques. Tu m’as libérée de beaucoup de craintes, de beaucoup de doutes, tu m’as rendue plus forte, beaucoup plus forte, beaucoup plus moi. Grâce à toi, j’ai appris le bonheur, le vrai. J’ai appris ce que ça faisait d’être aimée, chérie, et bercée de bienveillance. Comme je ne l’ai jamais été. Tu m’as fait découvrir quelqu’un de bon, de purement et simplement bon. Comme je n’en avais jamais rencontré auparavant. Et c’est la première fois que j’ai confiance, en l’avenir, en un être humain, que je n’ai pas peur d’être trahie, d’être rejetée, insultée, dénigrée ; que je n’ai pas peur qu’il retourne sa veste, qu’il parle mal de moi dans mon dos. J’ai justement peur de ne pas être à la hauteur. Mais ce sera le travail de 2017, de me donner confiance en moi. De m’apprendre à m’aimer et à me trouver acceptable aux yeux des autres.

Merci de m’avoir donné autant de courage, de force et de patience face à toutes les épreuves que j’ai rencontré, face aux vieux démons, aux vieilles rancunes. Merci d’avoir fait battre mon cœur, d’amour comme de haine. Merci de m’avoir permis de détester les gens que j’avais envie de détester, du plus profond de mon cœur ; ça m’a aidé à me rendre compte à quel point je tenais à eux, et à quel point j’étais triste de les avoir perdus. A quel point j’avais envie de leur parler, de leur hurler que, « putain de merde, pourquoi tu m’as laissée au moment où j’avais le plus besoin de toi ». A quel point mon cœur se déchire en tout petits morceaux à chaque fois que je pense aux couteaux dans le dos que je me suis prise. Cette année aura été une année de reconstruction, lente mais certaine. On m’a fait tomber, mais j’apprend à me relever.

Merci de m’avoir aidée à m’ouvrir aux autres, au monde. D’avoir gardé près de moi les plus importants : ceux qui me veulent uniquement du bien. Merci de m’avoir permis de passer une année de plus aux côtés de ce qui était le plus cher à mes yeux. D’avoir laissé à mes proches la santé, l’amour, et le courage. Et pour les autres, ceux que tu m’as enlevé, je ne te remercierai pas, mais je te pardonnerai.

Ce que je sais plus que tout aujourd’hui, c’est qu’il n’y a pas plus grande joie que celle d’être soi-même et de le savoir. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Qu'en penses-tu ?