Le jeune intermittent et TCA : mon expérience


Humeurs, Lifestyle, Sport / mardi, novembre 6th, 2018

Dans un précédent article, je vous expliquais que je pratiquais le jeune intermittent. Je voulais attendre un peu pour vous en parler, car je voulais le tester à 100%. De Mars jusqu’en Septembre, j’ai testé cette méthode. J’ai adoré, mais je ne le recommande pas à tout le monde. En effet, le jeune intermittent doit être fait pour les bonnes raisons et correctement pour qu’il soit sain. Je vous raconte aujourd’hui mon expérience avec cette pratique.

Tout d’abord, qu’est ce que le jeune intermittent ?

Pour ceux qui ne le savent pas, le jeune intermittent en 16/8 (celui que j’ai pratiqué), consistait à manger selon une fenêtre horaire de 8h, et de jeuner le reste du temps. Par exemple, si le dîner se termine à 20h, on remange à 12h. Cette méthode est relativement facile car sauter le petit-déjeuner ou le dîner n’est pas si compliqué qu’il n’y paraît.

Les bénéfices sont nombreux, et je les ai bien reconnus chez moi. Gain de temps le matin, pas de perte d’énergie liée à la digestion, entraînement à midi plus efficace. Et bien sûr… réduction des apports caloriques. C’est là que les choses se compliquent pour moi.

Ce n’est pas un régime, ni une méthode pour perdre du poids. Les calories normalement ingérées sur trois repas se concentrent sur deux repas, ce qui ne modifie pas la quantité de nourriture mangée au cours de la journée. Cependant, il est facile de tomber dans un cercle vicieux de restriction…

Mon expérience avec le jeune intermittent

Lorsque j’ai commencé le jeune intermittent, j’ai profité de sauter le petit déjeuner pour manger moins. En effet, lors qu’arrivait midi, je n’avais presque jamais faim. Ce qui a forcément entraîné une réduction drastique de mes apports, puisque je ne mangeais pas le matin, et presque pas le midi. Pour ce qui est du goûter, je trouvais cela dommage de « gâcher » les efforts faits en début de journée, donc je le sautais souvent. Le soir en revanche, je me faisais plaisir car « j’avais le droit », puisque je n’avais presque pas mangé de la journée.

Bien évidemment, vous vous doutez que c’était loin d’être sain. J’avais plus d’énergie pour m’entraîner, et j’étais en meilleure forme. Je dormais mieux, et je perdais du poids. Que demander de plus ?

Le problème, c’est que plus le temps passait et plus j’avais faim le matin. Vers 9h ou 10h, j’aurais mangé n’importe quoi. Afin de combler cette envie, je buvais des litres d’eau. Et là, j’ai compris. J’ai compris que le jeune intermittent était une bonne méthode, mais pas celle qui me convenait. Déjà sensible aux troubles du comportement alimentaire, je tombais petit à petit dans un cercle vicieux qui m’a alarmée.

Heureusement, nous sommes bien informés aujourd’hui sur les TCA, ce qu’est l’anorexie et à quoi elle ressemble. Heureusement, j’ai su régler le problème à temps. Pendant les vacances d’été, je me suis autorisée à remanger le matin. Les premiers jours étaient difficiles, je culpabilisais, me restreignais sur mes autres repas. Puis petit à petit, j’ai lâché prise.

En commençant mon nouveau travail en Septembre, j’ai recommencé à « petit déjeuner ». Au début je ne prenais qu’une compote, et maintenant j’arrive à manger une banane et un morceau de pain complet, ou deux crêpes nature. C’est un petit pas mais j’avance doucement.

Quel bilan ?

Je pense que le jeune intermittent est une excellente méthode. Cela permet de réduire les apports caloriques pour ceux qui cherchent à perdre du poids, et regagner en énergie. Cependant, attention, vraiment, pour les personnes à tendance fragile psychologiquement avec l’alimentation.

Pour ma part, je pense que j’aurais recours à nouveau au jeune intermittent car cela m’a appris que la faim n’est pas une fin en soit, que je peux survivre sans manger pendant un moment. Cela m’a apporté beaucoup de positif ! Mais à consommer avec modération et en pleine conscience bien entendu…

Et vous, avez-vous déjà pratiqué le jeune intermittent ? Qu’en pensez-vous ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réponses à « Le jeune intermittent et TCA : mon expérience »

Qu'en penses-tu ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.